Hypertension artérielle secondaire : les maladies en cause

Pour rechercher une hypertension artérielle secondaire, il n’est pas nécessaire de se soumettre systématiquement à des bilans compliqués. Leur découverte surgira le plus souvent de l’examen clinique. Le médecin examine la personne hypertendue, lui pose des questions sur ses antécédents et ceux de sa famille et peut demander des examens très simples : prise de sang et examen d’urine (recherche de protéines). Des explorations plus approfondies ne sont nécessaires que si ce premier bilan oriente vers une cause particulière ou si la pression artérielle ne peut être contrôlée par les traitements habituels.

Qu’est-ce que l’hypertension artérielle ? 

L’hypertension artérielle (HTA) est l’élévation permanente des chiffres de la pression artérielle (dite tension artérielle ou TA) au-dessus de 14/9. Idéalement, elle est de 12/8. C’est une maladie fréquente qui augmente avec l’âge, avec une composante héréditaire.

Ce sont les artères qui conduisent le sang du cœur vers les différents tissus de l’organisme et fournissent ainsi aux cellules l’oxygène indispensable à leur survie. Comme tout liquide qui circule dans un tuyau, le sang exerce ainsi une pression sur les parois des veines et artères. Quand la pression est trop élevée, les artères vieillissent plus vite et le cœur fait d’avantage d’effort, il s’use aussi plus vite. Le système cardiovasculaire est alors en danger. 

Le dysfonctionnement du rein, la cause la plus fréquente 

Les causes rénales sont les plus fréquentes. On sépare les maladies rénales non curables chirurgicalement de celles qui sont éventuellement curables par la chirurgie.

Read more  Essential Hypertension: An Approach to Its Etiology and Neurogenic Pathophysiology

Parmi les causes rénales non chirurgicales :

  • Les glomérulonéphrites : protéinurie, hématurie, syndrome néphrotique ;
  • La glomérulopathie diabétique ;
  • Les néphrites interstitielles métaboliques : goutte, hypercalcémie (hyperparathyroïdie) ;
  • La maladie polykystique des reins (polykystose rénale). 

Parmi les causes rénales éventuellement curables chirurgicalement :

  • Les pyélonéphrites chroniques (séquelles d’infections urinaires chroniques et répétées) ;
  • La tuberculose rénale ;
  • La sténose de l’artère rénale qui pourra être traitée par angioplastie (gonflement d’un ballonnet dans l’artère rétrécie).

L’anomalie glandulaire, autre cause de l’hypertension

Plus rarement, il existe une anomalie glandulaire à l’origine de l’élévation de la pression artérielle. Il peut s’agir d’un fonctionnement excessif des glandes surrénales (situées juste au-dessus des reins), qui sécrètent notamment l’aldostérone, une hormone qui augmente la rétention de sel.

Cet “emballement” des glandes surrénales est dû :

  • Soit à un petit groupe de cellules (adénome de Conn) ;
  • Soit à l’augmentation de la taille de toute la glande (hyperplasie diffuse) ;
  • Soit à un cancer. Le traitement est chirurgical en cas de tumeur et repose sur un médicament antagoniste de l’aldostérone, la spironolactone, en cas d’hyperplasie.

Il existe d’autres maladies rénales en cause : 

  • Le syndrome de Cushing, caractérisé par la sécrétion excessive de cortisol par les glandes surrénales, entraîne une hypertension artérielle, associée aux autres effets du cortisol (obésité, déformation du visage…) ;
  • Le phéochromocytome est une tumeur de la glande surrénale sécrétant de l’adrénaline. Très rare, elle est responsable d’hypertension paroxystique (crises d’hypertension avec une tension très élevée) ;
  • Hyperthyroïdie, hyperparathroïdie et acromégalie sont des troubles liée à un fonctionnement excessif du lobe antérieur de la glande hypohysaire, dans le cerveau. Ils peuvent s’accompagner également d’une hypertension artérielle ;
  • La coarctation de l’aorte est une cause très particulière d’hypertension. Il s’agit d’un rétrécissement de l’aorte responsable d’une augmentation de la pression artérielle dans les membres supérieurs alors que la pression est normale dans les membres inférieurs. Le traitement est chirurgical.

Read more  The Connection Between Sleep Apnea and High Blood Pressure

Alcool, réglisse, médicaments : les causes modifiables

Dans 90% des cas, la cause de l’hypertension est inconnue, il faut alors envisager de multiples facteurs modifiables liés au mode de vie et à l’environnement. Parmi eux, l’obésité, le surpoids, l’excès de sel, la sédentarité, le tabagisme, le diabète, l’excès de cholestérol, et l’alimentation déséquilibrée de manière générale.

Il est possible d’agir sur ces facteurs pour prévenir et réduire l’hypertension, contrairement à ceux qui ne sont pas modifiables.

  • La consommation excessive et régulière d’alcool est une cause bien connue d’hypertension ;
  • Au rang des causes nutritionnelles, il ne faut pas oublier non plus la réglisse. Elle contient une substance ayant des effets proches de l’aldostérone et dont la consommation abusive peut entraîner de véritables hypertensions ;
  • Des médicaments peuvent aussi contribuer à augmenter la pression artérielle. C’est le cas notamment de la pilule contraceptive oestroprogestative ou des corticoïdes ;
  • D’autres produits sont parfois responsables : banane, noix de coco, vanille, phénacétine, anti-inflammatoires non stéroïdiens, ciclosporine, vasoconstricteurs nasaux utilisés pour une rhinite chronique ou une migraine, contraception par œstrogènes de synthèse…

Enfin, la grossesse peut déclencher ou aggraver une hypertension artérielle. Cela justifie une surveillance régulière de la pression artérielle pour éviter la pré-éclampsie, qui peut avoir des conséquences graves sur le fœtus.

Le traitement de l’hypertension passe principalement par des mesures diététiques et par des médicaments hypertenseurs, ou, en cas d’hypertension artérielle secondaire, par le traitement des maladies en cause. 

References

Recommended For You

About the Author: Tung Chi